[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Les « superaliments »… le terme lui-même entraîne une frénésie et de nombreux nutritionnistes ne supportent pas le concept. Cependant, il repose sur les meilleures intentions du monde. Redécouvrons les vertus de ces aliments miracles…

Foncièrement, le mot superaliment est employé pour décrire un aliment qui présente un profil nutritionnel particulièrement élevé et des ingrédients négatifs minimes. Nous ne préconisons pas pour autant de les manger en excès. Nous vous suggérons juste de les acheter ainsi que de les intégrer à votre alimentation. Ce sera un avantage pour votre tour de taille et d’une manière générale pour votre santé, voire pour votre bien-être.

L’avocat

Riches en acides gras mono-insaturés sains, les avocats sont aussi chargés de fibre ainsi que de lutéine, un antioxydant naturel puissant adhérent la santé oculaire et cutanée.

Les myrtilles

Riches en antioxydants naturels puissants, principalement des anthocyanes, les myrtilles favorisent le fonctionnement du cerveau ainsi que de la vision. Elles sont excellentes en forme de collation.

Le chocolat noir

Bourré de flavonols et d’antioxydants naturels puissants, un morceau de chocolat noir ( 80 % minimum ) fournit une bonne dose de ces composés qui luttent contre les maladies et réduisent le cholestérol.

L’avoine

Riche en protéines et en minéraux comme le zinc, le calcium, le magnésium et le fer, l’avoine est aussi une excellente source de fibres solubles ! C’est une céréale idéale quant au petit-déjeuner.

Les œufs

L’œuf est l’un des aliments les plus riches en protéines au monde. Il est aussi bourré d’acides aminés et autres nutriments. De récentes études affirment que l’on peut manger les jaunes. A priori, ils ne seraient pas la cause du taux élevé de mauvais cholestérol.

Les amandes

Pleines de fibres, elles réduisent le cholestérol et les acides gras mono-insaturés. Elles sont excellentes en collation et peuvent être facilement intégrées quel que soit le repas.

Le vin rouge

Il a été démontré qu’un verre de bon rouge augmente le taux de bon cholestérol et contient une bonne dose d’antioxydants naturels puissants comme le resvératrol, une molécule présente dans le raisin, et les saponines.

Le saumon

Selon l’association américaine de cardiologie, manger deux fois par semaine du poisson, permet de diminuer les risques de contracter des maladies cardiaques, le cancer, la maladie d’Alzheimer, les accidents vasculaires cérébraux, le diabète et l’arthrite. Les poissons gras, comme le saumon, peuvent aussi assister pour soulager la dépression. Assurez-vous juste qu’il soit sauvage, jamais congelé et provienne d’un magasin qui favorise l’agriculture durable.

Les céréales anciennes

Les céréales anciennes ont une valeur nutritionnelle bien supérieure au blé moderne, qui a été croisé et peut-être modifié génétiquement. Les céréales telles que le kamut, l’épeautre et l’amarante contiennent généralement des niveaux plus élevés de protéines, d’antioxydants naturels puissants, de minéraux et elles sont habituellement plus goûteuses. Les graines

Le chia, le quinoa, les graines de lin alors d’autres apportent une foule d’avantages nutritionnels, allant des antioxydants naturels puissants et des minéraux aux protéines et fibres.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

Il contient des substances pour la prévention du cancer. Comme un grand nombre de de plantes de la famille des cucurbitacées , le concombre contient naturellement des curcubitacines , en l’occurrence la cucurbitacine C , responsable de l’amertume de la plante .

Ces cucurbitacines ont des propriétés anti-inflammatoires et sont , in vitro , inhiber la croissance des cellules cancéreuses . Malheureusement , les semenciers ont tendance à sélectionner des plants qui répriment l’amertume , donc la cucurbitacine C . Difficile dans ces conditions de compter sur ses propriétés anti-cancer sauf à miser sur des semences vieilles ou des variétés courtes et amères…

Il vaut mieux le consommer avec la peauLe concombre a des propriétés antioxydantes… à condition de ne pas l’éplucher ! Les études montrent en effet que la peau du concombre contient des composés phénoliques ayant une légère activité antioxydante . Malgré tout cela , le potentiel antioxydant du concombre reste bien moins important que celui d’autres légumes comme le poivron ou le chou . Mais parce qu’il fait partie des légumes fréquemment consommés , il contribue tout cela de même aux apports quotidiens en antioxydants naturels puissants .

Le concombre riche en antioxydants naturels puissants, aurait également des vertus anti-diabète par diminution du glucose sanguin.

Le concombre riche en antioxydants naturels puissants, aurait également des vertus anti-diabète par diminution du glucose sanguin.

 

Il favorise la satiété . Avec 95 % de son poids en eau , le concombre est idéal pour les personnes qui surveillent leur ligne . Il contient en effet très peu de calories et présente un indice de satiété très élevé .

Barbara Rolls , une chercheuse américaine spécialiste des comportements alimentaires ainsi que de la gestion du poids , a en effet mis en évidence qu’en adoptant un régime «volumétrique» , basé sur les aliments à faible densité énergétique ( riches en eau , en fibre , et pauvres en graisses ) , on agissait positivement sur les mécanismes naturels de la satiété et on perdait du poids . Avec ses collaborateurs , la scientifique a démontré par exemple qu’en mangeant des crudités 15 minutes avant le repas , on réduisait de 12 % en moyenne le nombre de calories consommés au cours du repas . En 2007 , elle a comparé l’efficacité du régime volumétrique à un régime pauvre en graisses et mis en évidence que le premier rend réalisable le fait de perdre un peu plus de poids mais surtout d’avoir moins faim .

Il aide à perdre du poids

La mastication des aliments favorise la libération d’histamine , ce qui induit la satiété mais rend réalisable le fait aussi de déstocker des graisses abdominales selon des travaux récents . Des chercheurs japonais ont analysé l’index masticatoire ( IM ) ainsi de plus de 100 aliments courants . Verdict : avec un IM de 3327 , le concombre est l’un des aliments qui nécessite le plus de mastication . «Cette étude montre aussi que les femmes qui consomment souvent des aliments à index masticatoire élevé comme le concombre sont plus minces que celles qui mangent surtout des aliments mous» , dit le Dr Arnaud Cocaul , auteur du Régime métabolique . Il est bon pour le cœur et les vaisseaux.

La peau du concombre contient une protéine appelée peroxydase , présente également dans d’autres légumes comme le raifort . Or , selon une étude publiée en 2003 , cette peroxydase pourrait réduire le cholestérol et les triglycérides et donc diminuer le risque de maladies cardiovasculaires . Elle aurait également des vertus anti-diabète par diminution du glucose sanguin et serait capable de protéger certains tissus de l’oxydation .

Il a le pouvoir de être indigesteSi le concombre est parfois difficile à digérer , ce n’est probablement pas en raison de sa teneur en fibres ( elle est faible ) mais plutôt de la présence en son centre de graines d’autant plus coriaces qu’il est cueilli après maturité . Inutile donc de faire dégorger le concombre dans le sel pour améliorer sa digestibilité , cela ferait fuir une partie des minéraux . Il faut plutôt retirer les graines centrales .


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Une pomme coupée en deux et laissée à l’air libre va vite devenir ternir. Cette réaction est en fait une oxydation due à l’oxygène de l’air.

C’est un peu ce qui se passe dans notre corps lors de la respiration cellulaire. Pour cela, les Antioxydants présents dans notre organisme jouent un rôle de protecteur et sont censés ralentir les réactions d’oxydation dans nos cellules qui sont provoqués par les radicaux libres.

Les radicaux libres sont des atomes instables produits dans notre corps lors de la respiration cellulaire. Ils peuvent endommager les cellules et apporter une série de troubles et de maladies chroniques dont le cancer, l’arthrite, l’athérosclérose, la maladie d’Alzheimer et le diabète.

Les Antioxydants sont en mesure de ralentir ou de bloquer ces réactions dangereuses dans l’organisme. Ils réagissent avec les radicaux libres et agissent sur la réaction d’oxydation.

Une alimentation saine et équilibrée contenant des aliments riches en antioxydant joue un rôle essentiel sur notre santé générale. Les antioxydants se trouvent sous diverses formes – les légumes, les fruits, les céréales, les légumineuses, les noix, etc

Voici une liste d’aliments riches en antioxydant :
L’avocat, l’artichaut, le cresson, l’ail, le chou vert, l’épinard, l’asperge, le chou de Bruxelles, le germe de luzerne, le brocoli, la betterave et le poivron rouge sont les légumes ayant une des plus forte concentration d’antioxydants.

Les fruits comme les pommes, mûres, melon, cerises, canneberges, raisins, poires, prunes, framboises et les fraises… mais, ce sont les baies de l’argousier qui ont un taux records d’antioxydants. On peut aussi ajouter à cette liste d’aliments antioxydants : le vin rouge ( pas plus de 2 verres par jour), le chocolat, le thé vert, huile d’olive, le pollen d’abeille ainsi que quelques grains.

Les antioxydants peuvent être pris comme compléments alimentaires ou pris sous forme de comprimés et de capsules… Cependant, l’excès antioxydant peut s’avérer contre-productive.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

L’ail est une panacée reconnue depuis l’antiquité. Sa renommée a défié les temps. Elle est à la fois curative et préventive.

La culture de l’ail et de l’oignon provient probablement de l’Asie et du Moyen-Orient il y a 5000 ans et s’est ensuite répandue vers la Méditerranée, l’ Égypte. En Orient il était déjà en usage courant 2000 ans avant J-C.

Les propriétés anticancéreuses de l’ail, de l’oignon et de leurs cousins comme l’échalote, le poireau, la ciboulette.

C’est dans le domaine de la prévention du cancer que l’ail semble remporter ses plus grandes victoires. Selon les Dr Béliveau et Gingras dans leur livre “Les Aliments contre le Cancer”. Ils écrivent:

” Les propriétés anticancéreuses des légumes de la famille de l’ail semblent principalement reliées à leur contenu en composés sulfureux. Néanmoins, dans le cas de l’oignon notamment, il ne faut certainement négliger l’apport important en certains polyphénols comme la quercétine, une molécule pouvant empêcher la croissance d’un très grand nombre de cellules cancéreuses cultivées en laboratoire et qui interfère avec le développement de cancers chez les animaux.

l’ail et les autres végétaux de cette famille méritent une place importante dans une stratégie de prévention du cancer par l’alimentation.

l’ail et les autres végétaux de cette famille méritent une place importante dans une stratégie de prévention du cancer par l’alimentation.

Quoi qu’il en soit, dans l’état actuel des connaissances, il est de plus en plus certain que les composés de l’ail et de l’oignon peuvent agir comme de puissants inhibiteurs du développement du cancer en ciblant au moins deux processus impliqués dans le développement des tumeurs. Même si d’autres études sont nécessaires pour identifier avec encore plus de précision les moyens par lesquels les molécules dérivées de l’ail et de l’oignon parviennent à exercer ces différentes actions, il ne fait toutefois aucun doute que l’ail et les autres végétaux de cette famille méritent une place importante dans une stratégie de prévention du cancer par l’alimentation.

L’ail semble être particulièrement efficace pour protéger le développement des cancers causés par les nitrosamines, une classe de composés chimiques possédant un très fort potentiel cancérigène. Ces composés chimiques sont formés par la flore intestinale à partir des nitrites, une classe d’agents alimentaires très utilisés comme préservatifs, en particulier dans les marinades et dans les viandes transformées comme les saucissons, le jambon et le bacon. Cet effet protecteur de l’ail face aux nitrosamines semble être très puissant, car, chez les rats de laboratoire, le DAS ( composé dérivé de l’ail) est même capable de neutraliser le développement du cancer du poumon provoqué par le NNK, une nitrosamine extrêmement toxique formée par la transformation de la nicotine lors de la combustion du tabac. L’ail semble avoir un meilleur effet protecteur que l’oignon bien que, dans ce dernier cas, il ait été suggéré que la consommation d’oignons était elle aussi associée à un risque moindre de développer des cancers de l’estomac.

En résumé, l’ail et ses cousins freinent le développement du cancer, tant par leur action protectrice envers les dommages causés par les substances cancérigènes que par leur capacité à empêcher les cellules cancéreuses de croître. L’ail fraichement écrasé est de loin la meilleure source de composés anticancéreux et doit être préféré aux suppléments.”

L’ail et ses propriétés cardiovasculaires

Les chercheurs ont trouvé que l’ail contient de l’ajoène qui, tout comme l’aspirine, empêche la coagulation du sang et, de ce fait, apporte une meilleure fluidité et protège le système contre les risques cardiovasculaires. Des études cliniques effectuées dans 15 pays ont démontré que l’ail pourrait freiner l’obstruction artérielle et même faire régresser ce processus selon le cardiologue Arun Bordia, du Tagore Medical College en Inde.

L’American Heart Association (AHA) publie des recommandations alimentaires permettant de prévenir le risque de maladies cardiovasculaires. En se basant sur de nombreux résultats de recherches, l’AHA propose une liste d’aliments spécifiques présentant un certain effet cardioprotecteur. L’ail fait partie de ces aliments et sa consommation s’ajoute donc aux recommandations de base de l’AHA dans une optique de prévention des maladies cardiovasculaires.

L’oignon et ses antioxydants.

Les antioxydants sont des composés qui protègent les cellules du corps des dommages causés par les radicaux libres. Ces derniers sont des molécules très réactives qui seraient impliquées dans le développement des maladies cardiovasculaires, de certains cancers et d’autres maladies liées au vieillissement. Les principales classes d’antioxydants de l’oignon sont les anthocyanines et les flavonols plus spécifiquement la quercétine.

Les oignons constituent une source importante de quercétine, puissant antioxydant.

Les flanonols diminuent le risque de maladies cardiaques. Les oignons en sont l’une des sources les plus importantes. Il est maintenant bien démontré que les flavonoïdes, dont la quercétine, ont une action protectrice contre l’oxydation du cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol). Ainsi, une consommation élevée de flavonols et de flavones issus de l’alimentation est associée à un plus faible risque de maladies coronariennes.

Cancer : Les oignons réduiraient le risque de développer un cancer de l’estomac.

Pour un effet optimal des bienfaits des antioxydants naturels, il faut savoir que les plus grandes concentrations de quercétine se trouvent dans les oignons rouges et les oignons jaunes ; les oignons blancs n’en contiennent pas. Les anthocyanines donnent la couleur rouge à certaines variétés d’oignon, et les flavonols colorent les oignons jaunes. Les variétés d’oignons rouges ont en général un contenu en antioxydants naturels et une activité antioxydante supérieure aux variétés d’oignons de couleur pâle.

Une étude effectuée à l’Université Cornell dans l’État de New York indique que les oignons de type Western Yellow, New York Bold et Northern Red possèdent une activité antioxydante jusqu’à huit fois supérieures à celle d’autres variétés.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Nous allons voir que les antioxydants ont un rôle très important dans la prévention de certaines maladies.

De plus ces derniers sont très intéressants en hiver car ils nous permettent de renforcer notre système immunitaire. Je vous propose dans cet article quelques conseils tout simple afin de rester en forme toute l’année.

Radicaux libres et vieillissement prématuré

Ce sont des molécules naturellement produites par notre organisme au cours des réactions chimiques utilisant l’oxygène. Un de leur rôle principal est l’élimination de produits toxiques dans les cellules. Cependant lorsqu’elle se trouve en trop grand nombre elle peuvent avoir des effets néfastes. En effet, elles sont à l’origine du vieillissement prématuré des cellules et de l’apparition de cancers.

La production des radicaux libres est accentués par les rayons UV, les rayons X, les médicaments, le stress, le tabac, l’alcool…

Pour détruire ces molécules le corps dispose d’enzymes et d’antioxydants apportés par l’alimentation.

Les antioxydants

Ce sont des molécules permettant d’empêcher l’oxydation provoquée par les radicaux libres et ainsi éviter le vieillissement prématuré de nos cellules et participer à la lutte contre certaines maladies dégénératives (cancer par exemple).

Les antioxydants doivent être en grande partie apportés par notre alimentation. Il s’agit de la vitamine A, la vitamine C, la vitamine E, le zinc et le sélénium mais également de molécules complexes tels que les polyphénols ou les caroténoïdes par exemple.

Sources d’antioxydant

Nous allons retrouver ces molécules principalement dans les fruits, les légumes et le thé mais aussi dans les huiles végétales (par exemple pour la vitamine E),

Le meilleur moyen d’apporter tous les antioxydants nécessaires à notre organisme est d’avoir une alimentation diversifiée et équilibrée.

En hiver faire le plein d’antioxydants c’est renforcer son système immunitaire et ainsi arriver à lutter contre le froid, les virus, les petits rhumes…

Astuces

Boire du thé vert  pour sa richesse en tanins (polyphénols).

Manger des légumes en privilégiant le cru et la cuisson à la vapeur. Ainsi on profite au maximum des bienfaits de tous les nutriments. En cette saison le légume à ne surtout pas oublier est le chou très intéressant d’un point de vue nutritionnel, en particulier le chou rouge. On consommera également des carottes et des courges riches en bêta carotène.

Salade colorée de chou 

salade-choux-antioxydant-naturel-puissant-bio

Ingrédients :

4 carottes
1 chou rouge
2 pommes Granny
2 échalottes
1 orange
5cl de jus de citron
persil
vinaigre balsamique
sel, poivre
Préparation : Coupez le chou rouge en fines lanières, les carottes en morceaux et râpez la pomme. Hachez finement les échalotes.

Ajoutez le jus de citron (cela évitera l’oxydation des fruits et des légumes).
Coupez les quartiers de l’orange en petits morceaux.
Mélangez le tout dans le saladier avec le persil, le sel, le poivre et le vinaigre balsamique.
C’est prêt!
Manger des fruits. En effet, l’hiver est la saison où l’on retrouve sur les étales les agrumes et les fruits exotiques particulièrement riches en vitamines antioxydantes. Je vous propose un tableau des valeurs de vitamine C dans certains fruits d’hiver (source : table de composition des aliments ciqual ANSES)

tableau-vitamine-c-antioxydant-naturel-puissant-bio

On peut consommer les fruits crus en dessert ou en collation et pourquoi pas se confectionner une salade de fruits spéciale hiver.

Recette toute simple :

Ingrédients :

3 oranges
1 citron
des pommes
des kiwis
1 mangue
des litchis
des mandarines
(et tous les fruits qui vous donnent envie)
Préparation :  Presser les oranges et réserver le jus. Couper tous les fruits en morceaux. Pressez le citron sur les fruits pour éviter qu’ils ne noircissent. Mélanger tout, déguster!

En appliquant ces petites astuces on s’assure de passer un hiver en pleine forme.


[Total : 1    Moyenne : 5/5]

On ne le répétera jamais assez : pour se maintenir en bonne santé et garder la forme, il est important de consommer régulièrement des antioxydants. Lumière sur ces alliés santé.

Qu’est-ce qu’un antioxydant ?

L’oxydation de l’organisme est liée à la présence de radicaux libres qui altèrent les cellules saines et qui sont responsables du vieillissement accéléré des tissus.

A dose modérée, ces radicaux libres contribuent à protéger l’organisme des virus et des microbes.
Lorsqu’ils se propagent de manière incontrôlée, ils peuvent être impliqués dans des maladies cardiovasculaires et dégénératives comme la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, le cancer ou la cataracte.
Ce sont également les radicaux libres qui transforment les ridules en rides plus profondes, marquant ainsi le vieillissement cutané.
Le pouvoir antioxydant des aliments : mode d’emploi

Les aliments qui contiennent des polyphénols, des isoflavones, de la vitamine C, de la vitamine A, de la vitamine E et des minéraux tels que le sélénium et le zinc ont un pouvoir antioxydant non négligeable. Les polyphénols sont des microconstituants végétaux qui limitent l’oxydation du cholestérol et protégent ainsi les artères. On les retrouve notamment dans le raisin, les légumes verts, les fruits rouges et le thé noir ou vert. L’indice TAC (Total Antioxidant Capacity) permet de déterminer l’activité antioxydante d’un aliment ou d’une plante. Plus l’aliment a une valeur TAC élevée, plus il est antioxydant. Son unité de mesure est la micromole (µmol).

Voici quelques exemples :

Aliments disposant d’un indice TAC faible ; le pois chiche (399 μmol/104 g), le maïs (458 μmol/111 g).
Aliments disposant d’un indice TAC modéré ; le chou cru (503 μmol/37 g), le poivron (441 μmol/79g).
Aliments disposant d’un indice TAC élevé ; l’avocat (1933 μmol/100 g), l’arachide (1171 μmol/37 g).
Aliments disposant d’un indice TAC très élevé ; la pistache (2475 μmol pour 31 g), le cacao (30160 μmol/29 g).
Les composantes d’une “assiette antioxydante”

Il n’y a pas de recommandation officielle concernant la consommation quotidienne d’antioxydants. Une alimentation riche en fruits et légumes, et donc en antioxydants, peut en revanche servir de bouclier contre ces fameux radicaux libres. Il est recommandé de consommer 5 fruits et légumes par jour. Pour ce qui est des viandes et poissons, privilégiez les poissons gras comme la sardine, le thon et le saumon à raison de 2 à 3 fois par semaine. Limitez votre consommation de viande rouge à 3 fois par semaine. Pour les matières grasses, préférez les huiles végétales (olive, tournesol, colza).
Qu’en est-il des herbes aromatiques et des épices ?

Bon nombre d’herbes aromatiques et d’épices ont des vertus antioxydantes en plus de relever les saveurs d’un plat. Ainsi, la canelle est placée au 4ème rang dans le classement des 50 aliments renfermant le plus d’antioxydants par portion de 100 g. Lorsqu’elle est soumise à la chaleur, cette propriété antioxydante est augmentée. Il en est de même pour le curcuma et le gingembre. Les fines herbes (thym, ciboulette, persil, estragon, sauge), l’ail, la marjolaine, l’origan, le basilic, l’aneth ou encore la coriandre disposent d’un indice TAC parfois plus élevé que certains fruits et légumes.
Quand miser davantage sur les antioxydants ?

Certaines pathologies nécessitent un apport plus grand en antioxydants : l’obésité, le diabète, l’hypertension, le cholestérol, certaines maladies occulaires, le cancer ou encore les maladies cardiovasculaires. Ainsi les effets néfastes des radicaux libres sur l’organisme peuvent être ralentis.
Pour éviter d’accentuer ces effets sur votre santé, il faut aussi éviter ou arrêter de fumer. En fumant plus de 10 cigarettes par jour, les réserves de vitamine C dans l’organisme baissent considérablement, diminuant par la même occasion les défenses immunitaires…


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Votre bonne résolution pour cette nouvelle année : concevoir un bébé. Mettez toutes les chances de votre côté en misant sur la bonne alimentation.

La « diététique de la fertilité » s’adresse à tous les couples qui souhaitent devenir parents. Même si vous connaissez par cœur les règles du manger équilibré, des facteurs extérieurs (stress, médicaments, pollution…) peuvent provoquer des carences en micronutriment. Exemple : le stress qui entraîne souvent un déficit en antioxydant. Les couples qui rencontrent des difficultés alors qu’aucune cause physiologique n’a pu être mise en évidence par les médecins ont d’autant plus intérêt à s’intéresser à leur alimentation.

En effet, un déséquilibre alimentaire constitue un facteur favorisant l’infertilité. Cependant, il arrive que cela ne se traduise pas par un problème de poids visible. D’où l’intérêt de faire réaliser une analyse de sang permettant d’évaluer certaines carences ou excès nutritionnels. En revanche, sachez que suivre à la lettre les conseils d’un diététicien ne garantit en rien la procréation. Une multitude de facteurs extérieurs à votre assiette peut empêcher la conception d’un bébé. En somme, la diététique n’est pas toujours la clé de l’infertilité mais parfois elle permet au moins d’entrouvrir une porte.

Les antioxydants naturels puissants boostent la fertilité

Les antioxydants naturels puissants boostent la fertilité

Pourquoi la diététique joue-t-elle un rôle important dans la fertilité ? Tout simplement pour protéger les cellules, notamment les ovules et les spermatozoïdes) des radicaux libres grâce aux aliments antioxydants. Par ailleurs, pour que l’organisme soit au top, il faut respecter quelques grandes lignes :

-Combattre le déséquilibre oméga 6/oméga 3 en variant les matières grasses. L’excès d’oméga 6 augmente les risques de problèmes cardio-vasculaires et donc d’obésité tandis que l’apport en oméga 3 assure une bonne fluidité des membranes (et donc de la progression et de la qualité des spermatozoïdes).

-Lutter contre le surpoids (facteur d’infertilité) grâce aux aliments à index glycémique bas.

-Prévenir les déficits en vitamine du groupe B (qui peuvent provoquer des difficultés d’ovulation) et en fer, véritable allié de la fertilité.

Quels sont alors les aliments à privilégier ? Voici 5 groupes d’aliments aux qualités nutritives particulièrement intéressantes pour concevoir un bébé :

-Les fruits de mer (coquillages, mollusques, crustacés…) pour leur richesse en oméga 3, antioxydants, vitamine B12 mais aussi en oligo-éléments (fer, iode, zinc, sélénium).

-Les oléagineux (noix, amandes, graines de lin…) pour leur forte teneur en fibres et minéraux (magnésium et calcium notamment) mais aussi en oméga 3 et antioxydants.

-Les fruits rouges pour leur très fort pouvoir antioxydant.

-Les fruits secs (baie de goji, canneberge, pruneaux, fraises séchées) pour leur index glycémique bas.

-Les légumes verts à feuilles (brocolis, artichaut, épinard cuit) pour leur apport en vitamine B9 et en antioxydants mais aussi leur action détox.

Dernier conseil : privilégier les cuissons douces qui préservent les qualités nutritionnelles des aliments.


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

Liste de 20 aliments qui rendent productif
Quoi manger pour être super productif? Nous avons dressé une liste de 20 aliments énergisants.

1- L’avocat

Il est préférable de commencer sa journée avec beaucoup de protéines et de bons gras. Rien de mieux pour accumuler un maximum d’énergie. Un avocat avec des oeufs brouillés le matin apporteront à la fois des protéines et les bons gras, soit les gras mono-insaturés qui favorisent, entre autres, une bonne circulation sanguine, essentielle au bon fonctionnement du cerveau.

2- Les bleuets

Ces petites baies sont excellentes pour le cerveau. Elles sont élevées en fibres, faibles en glycémie, et contiennent peu de calories. Les bleuets sont recommandés aux personnes diabétiques. Très riches en antioxydants, ce sont probablement les meilleurs aliments pour le cerveau. Ces fruits améliorent la mémoire et les facultés d’apprentissage. Ils agissent comme un anti-stress et sont bénéfiques contre le vieillissement. En outre, c’est une excellente source de vitamine C, ce qui permet de garder en santé les vaisseaux sanguins et aide à absorber le fer. À éviter : les bleuets séchés.

3- Le saumon

Les acides gras oméga-3 que l’on retrouve dans le saumon sont importants pour le cerveau. Ils permettent d’améliorer les facultés cognitives et la vigilance, tout en diminuant le risque de maladies dégénératives. Ces gras améliorent aussi la mémoire et jouent positivement sur l’humeur, diminuant les risques de dépression, l’anxiété et l’hyperactivité. Le saumon aide aussi à prévenir la formation de caillots sanguins et à baisser la pression artérielle. Faible en gras saturés, le saumon est une bonne source de protéines.

4- Les noix

Les noix contiennent de la protéine, beaucoup de fibres et de bons gras.

Vous avez besoin d’un coup d’énergie rapidement? Les noix sont probablement ce qu’il y a de mieux. On retrouve aussi beaucoup de vitamines E dans les noix, essentielles à la fonction cognitive. De plus, les amandes fournissent davantage de calcium que les autres noix. Une portion d’amandes apportera la moitié des besoins quotidiens en vitamine E, une vitamine qui agit comme un puissant antioxydant. À éviter : les noix très assaisonnées. Les macadamia ont le plus de gras. Les arachides contiennent moins de bons gras que la majorité des noix.

5- Les graines

Graines de tournesol, graines de sésame ou encore graines de lin. Les graines contiennent beaucoup de protéines, du bon gras, de la vitamine E, des antioxydants et des minéraux importants comme le magnésium, qui permettent de donner de l’énergie.

6- Le café

Eh oui! Le café est bon pour le cerveau. Il contient des fibres qui favorisent le bon fonctionnement du système cardio-vasculaire. Il donne aussi une bonne dose d’énergie. Mais attention de ne pas trop en boire. Deux à quatre tasses au maximum. Attention aussi de ne pas rajouter trop de sucre. Les grains d’espresso sont d’ailleurs très santé.

7- Le germe de blé

On retrouve le germe de blé au centre du grain de blé. C’est une source concentrée de nutriments essentiels avec, entre autres, de la niacine, vitamine E, vitamine B, acide folique, potassium, fer et zinc. Le germe de blé contient aussi des protéines, des fibres et un peu de gras.

8- Les légumineuses

Les légumineuses sont une bonne source de glucides. Le haricot est un aliment simple, mais qui renferme de ressources essentielles avec beaucoup de fibres, de vitamines, de minéraux et de protéines. Cet aliment permet d’envoyer régulièrement et lentement du glucose au cerveau. Donc, d’assurer un apport énergétique toute la journée. Un quart de tasse est suffisant. Les légumineuses se vendent d’ailleurs à très bon prix.

9- La grenade

Pour obtenir un maximum de fibres, vaut mieux consommer la grenade ou la pomme-grande que d’en boire le jus. Les grenades contiennent presque autant d’antioxydants que les bleuets. Le cerveau est d’ailleurs le premier organe à ressentir les effets du stress, alors tout ce que l’on fait pour diminuer le stress lui sera bénéfique. La grenade est aussi riche en vitamine C.

10- Le riz brun

Le riz brun est faible en glycémie. C’est une excellente source pour ceux qui sont sensibles au gluten, mais qui veulent conserver une bonne santé cardiovasculaire. Plus la circulation sanguine est bonne, mieux se portera le cerveau.

11- Le thé

Mieux vaut consommer du thé frais pour bénéficier de tous les bons antioxydants. Comme on retrouve de la caféine dans le thé, il est préférable de ne pas boire plus de deux à trois tasses par jour.

12- Le chocolat

Le chocolat stimule le cerveau, contient beaucoup d’antioxydants et juste assez de caféine. Il agit aussi positivement sur l’humeur. Le chocolat noir à 70% est particulièrement riche en fibres.

13- Les huîtres

Les huîtres sont riches en sélénium (un antioxydant), en magnésium, en protéines et plusieurs autres nutriments essentiels au bon fonctionnement du cerveau.

14- L’huile d’olive

Exclure toute forme de gras de son alimentation peut nuire à une bonne santé et favoriser l’insomnie ou les sautes d’humeur. Il faut donc privilégier une alimentation qui comprend les bons gras. Et ne pas oublier que le cerveau est lui-même composé de matières grasses. L’huile d’olive est une source de graisse mono-insaturée et d’antioxydants.

15- Le thon En plus d’être une riche source d’oméga-3, le thon apporte une très forte teneur en vitamine B (B6). Selon des études, le B6 aurait une influence directe sur la mémoire, les connaissances et la santé du cerveau à long terme. Généralement, la vitamine B joue un rôle sur l’équilibre de notre humeur.

16- L’ail

Plus l’ail est frais, meilleur il est. C’est un aliment très puissant qui renferme beaucoup de vertus. C’est une excellente source pour réduire le taux de mauvais cholestérol et renforcer le système cardiovasculaire. C’est aussi un bon antioxydant pour le cerveau. À éviter: l’ail déjà préparé et pelé, qui perd ses bons éléments nutritifs.

17- Les oeufs

Les oeufs contiennent des protéines et matières grasses qui donnent de l’énergie au cerveau pendant plusieurs heures.

18- Les légumes verts à feuilles

Épinards, bébés épinards, laitue romaine, chou frisé… Il ne faut pas hésiter à manger du vert tous les jours! Les légumes verts à feuilles possèdent un taux élevé en fer. Si le corps manque de fer, on tend à être plus fatigué ou de mauvaise humeur.

Tomate antioxydant  naturel puissant

Tomate antioxydant naturel puissant

19- Les tomates

Les tomates contiennent de la lycopène, un antioxydant particulièrement bénéfique pour le cerveau. La lycopène agirait aussi contre le cancer de la prostate. Il faut cuire les tomates pour en retirer la lycopène. Ce qui veut dire que, oui, le ketchup est bon pour la santé. Mais à cause de tout le sucre qu’on y retrouve, il vaut mieux faire une sauce maison.

20- La pomme

Excellente source de pectine, la pomme diminue le taux de cholestérol et de sucre dans le sang. C’est aussi une bonne source de vitamine C et un antioxydant qui protège les cellules.

Source : www.ecosalon.com; web MD


[Total : 0    Moyenne : 0/5]

LES ALIMENTS ANTI-CANCER. Actuellement dans les journaux comme dans les médias, les aliments anti-cancer font la une. Afin de mieux comprendre ces aliments anti-cancer, je vais vous les expliquer en détail et vous pourrez alors faire de meilleurs choix et opter pour de nouvelles habitudes alimentaires.

On estime présentement que l’alimentation est responsable de plus du tiers des cancers, démontrant l’importance d’une alimentation saine pour réduire l’incidence de même que la progression du cancer. De nombreuses études fondamentales, cliniques et épidémiologiques, ont montré qu’une consommation accrue en fruits et légumes représente un facteur clé dans la réduction du risque de cancer. En effet, ces aliments anti-cancer contiennent une quantité importante de composés phytochimiques (substances chimiques naturelles présentes dans les plantes : enzymes, vitamines, minéraux, antioxydant) qui jouent un rôle crucial dans cet effet chimiopréventif.

Hippocrate le disait: que l’aliment soit ton médicament

Quels sont ces aliments anti-cancer?

Les fruits et des légumes crus biologiques : Les enzymes contenues dans les fruits et légumes crus agissent en tant que catalyseurs contre des centaines de milliers de réactions chimiques dans notre organisme. Elles sont essentielles pour la digestion et l’absorption des aliments, pour la transformation de la nourriture à l’intérieur des tissus organiques, ainsi que pour la production d’énergie au niveau cellulaire. L’absorption de fruits et de légumes quotidiennement préviennent les cancers de la bouche, du pharynx, de l’osophage, du poumon, de l’estomac, du sein, du côlon et du rectum.

Les petits fruits tels que les bleuets, framboises, mûres, fraises, cerises, pommes, prunes et raisins contiennent énormément d’antioxydants. Ceux-ci vont réagir avec les radicaux libres pour les rendre inoffensifs. Dans l’organisme, il y a un équilibre permanent entre l’une et l’autre de ces familles chimiques. Les antioxydants éliminent en permanence les radicaux libres en excès.

Ces petits fruits contribuent à entretenir le système immunitaire et la santé globale de l’individu.

Les agrumes : L’orange, Le pamplemousse, le citron et la mandarine. Ces agrumes démontrent une forte concentration en vitamine C, en polyphénols et en terpènes qui sont de puissants antioxydants.

Les crucifères : Le chou vert, chou rouge, brocoli, choux de Bruxelles et navet. À cause de leur concentration élevée en glucosinolates et leurs isothiocynates, ces légumes sont antifongiques et antibactériens. Le brocoli a été reconnu pour tuer littéralement les cellules cancéreuses.

Les alliacées : Ail, oignon, poireau, échalote et ciboulette. Ils contiennent de l’allicine, du thiosulfinate et des monosulfures. Ces composés sulfurés agissent comme hypoglycémiant, hypotenseur, anticoagulant, détoxifiant de métaux lourds, antimicrobien et modulateur immunitaire. Ils sont surtout antifongiques et antibactériens.

Les tomates : Elles contiennent d’énorme quantité de lycopène qui est le pigment qui donne à la tomate sa belle couleur rouge. Ce sont de puissants anti-oxydants qui s’attaquent aux radicaux libres. Le lycopène est présent dans l’enveloppe cellulaire de la tomate. Quand on la chauffe, on brise les parois de la cellule et le lycopène est libéré. Si on veut que le lycopène protège contre des maladies chroniques comme le cancer ou autres, il doit être bien absorbé dans le corps. C’est pourquoi les produits dérivés de la tomate sont meilleurs : non pas qu’ils contiennent plus de lycopène mais celui-ci est plus facilement assimilé par le corps. On retrouve un peu de lycopène dans d’autres fruits, comme le pamplemousse rose, ou la pastèque; mais c’est la tomate qui sort grande gagnante. La tomate est particulièrement excellente contre le cancer de la prostate.

Le soya : Idéal contre les cancers du sein et de la prostate grâce à ses isoflavones qui semblent protéger le corps contre des désordres hormonaux. Ils ont aussi des effets antioxydants contre les radicaux libres.

Le curcuma : Au cours des dernières décennies, on a isolé dans les rhizomes du curcuma des substances auxquelles on a donné le nom de curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces composés). Il s’agit d’antioxydants très puissants, ce qui pourrait expliquer un certain nombre des indications médicinales traditionnelles de cette plante, notamment pour le traitement de divers troubles inflammatoires : soulagement des douleurs arthritiques, rhumatismales ou menstruelles, traitement de diverses inflammations cutanées ou ophtalmologiques, etc. La curcumine pourrait possiblement freiner la croissance des tumeurs cancéreuses en inhibant la production de cytokines (molécules à l’origine du processus inflammatoire).

Le thé vert : Il contient des catéchines et des polyphénols qui sont de merveilleux antioxydants. C’est le cas notamment du thé vert Sencha, Gyokuro, Matcha et le thé chinois Pilo Chun Empereur.

Le cacao : Grâce aux flavonoÏdes contenus dans le cacao, ils réduisent la coagulation et augmentent la ” fluidité ” du sang. Mais ce n’est pas tout. Les flavonoïdes du cacao se comportent aussi comme des antioxydants. A ce titre, ils limitent l’oxydation des lipides sanguins et contribuent à lutter contre le développement de la plaque d’athérome dans nos artères à condition toutefois de consommer du chocolat le plus noir possible c’est-à-dire 80%.

En conclusion

Pour mettre toutes vos chances de votre côté, éviter l’obésité en faisant de l’exercice, éviter les aliments sucrés, les produits laitiers et le blé. Privilégier les grains entiers comme le riz brun, quinoa, millet, etc. Restreindre la consommation de viande rouge et éviter les charcuteries qui sont réputées être responsables de la plupart des cancers du côlon, et opter pour le poisson, poulet, tofu et les légumineuses. Éviter la consommation d’alcool, qui cause des dommages au foie. Manger beaucoup de fruits et de légumes, plus crus que cuits et consommer que des huiles de première pression à froid et non chauffées. Et n’oubliez pas, un bon mode de vie vous épargnera bien des soucis!